Le centre de rééducation fonctionnelle à Cosne sur Loire

Le centre de rééducation fonctionnelle à Cosne sur Loire

Temps de lecture 4 minutes

Le centre de rééducation fonctionnelle à Cosne-sur-Loire

 

Le C.R.F compte actuellement 140 lits et places dont 121 lits d’hospitalisation complète depuis sa création en 1990.

Cet établissement de soins de suite et de réadaptation spécialisée en neurologie et locomoteur est composé de 3 médecins spécialisés en Médecine Physique et de Réadaptation (MPR), 2 Médecins généralistes & 1 rhumatologue.

Pour devenir MPR, vous avez deux options explique le Dr BORDET : « Vous pouvez prendre la spécialité à l’internat, ou, effectuer, après minimum deux ans d’activités comme médecin généraliste dans une structure conventionnée locomoteur/ neurologique / pneumologie, le DIU en 2 ans ».

🔷Quel est votre rôle en tant que MPR ?

« En tant que médecin MPR, mon rôle est de coordonner tous les professionnels autour du patient. Ici, 200 personnes travaillent sur l’établissement. La coordination de toutes les équipes permet de suivre le patient au mieux dans son parcours de soins et pour d’optimiser sa prise en charge ».

🔷Pour la rééducation, quelles sont les technologies mises à disposition :

Notre centre, comme tout établissement de rééducation comporte un plateau technique, une balnéothérapie, une salle d’activité physique adaptée, une salle d’ergothérapie & de nombreux cabinets individuels pour psychologues, psychomotriciennes, neuropsychologues …

L’établissement est également équipé de :

  • L’exosquelette, appareil motorisé qui suit les mouvements de l’homme pour assister dans l’effort ou favorise les mouvements (sans les imposer) si les personnes ne peuvent plus bouger leurs membres. Cet appareil favorise la plasticité cérébrale par la répétition des gestes.

« On donne aux membres paralysés l’assistance dont ils ont besoins, pas plus. Au fur et à mesure de la récupération on diminue l’assistance. » L’exosquelette accélère la rééducation en permettant de remettre à la marche de manière plus précoce dans la suite des accidents. L’usage s’adapte à la pathologie grâce à une programmation. Cet outil maximise la possibilité d’avoir une bonne rééducation pour le patient.

  • La thérapie miroir, qui repose sur l’illusion visuelle que l’on peut créer par la mise en place d’un miroir en face d’un membre sain. « Le malade ne voit pas sa main paralysée mais la machine transforme la main valide en main pathologique. Le malade ne voit pas sa main mais voit sur l’écran sa main paralysé supposé fonctionner ».
  • L’armeo, exosquelette de membre supérieur, utilisé en cas d’atteintes neurologiques du membre supérieur pour permettre au patient d’avoir un feedback fiable et précis.
  • L’isocinétisme, évalue de manière précise la force musculaire des membres inférieurs. Un protocole est ensuite adapté et évolutif en fonction du stade de rééducation et de l’évolution attendu du patient.
  • Les bilans urodynamiques.
  • L’électrophysiologie.

👉 JE ME RENSEIGNE POUR UNE INSTALLATION